Les chantiers-jeunes sont des moments forts de la vie de la pépinière parce qu'ils font souvent naître de grandes amélioration sur la pèp ou le verger.. Grâce aux jeunes, l'espace de la pépinière prend forme petit à petit, s'aménage, est entretenu de manière régulière !Les jeunes sont les chevilles ouvrières des transformations du lieu, ils travaillent, expérimentent collectivement, et s'engagent autour de ce projet qui a pour objectif de les questionner sur le sens de l'implication citoyenne dans une action directe sur leur environnement, leur cadre de vie.De la fabrication du broyat à la construction de mobilier avec des pallettes récupérées, des discussions sur des techniques de construction avec les ouvriers du chantier voisin à la manipulation de scie et autres engins, du tri du compost au récolte de graines de tournesol ... les jeunes, filles ou garçons, explorent des domaines inconnus et en ressortent souvent surpris de leur capacité d'action, de construction, de conception … et on l'espère grandi !

LES CHANTIERS VUS PAR LES JEUNES

 

Nettoyer le terrain, faire des trous, clouer, planter, déplacer des matériaux, réparer les bacs de compostage, transplanter des arbres, organiser les fêtes, faire des sorties culturelles, enfoncer des piquets avec le maillet, faire un plan plat, démonter des palettes, concevoir du mobilier, scier, construire une terrasse, monter la cabane, démonter la cabane, remonter la cabane, porter les baignoires, peindre les baignoires, signaler la pépinière, désosser une palette, construire un banc.

 

« La pépinière est un lieu de détente. Un repère. Un endroit de partage avec la terre et l’environnement. C’est un lieu qui nous permet de voyager. Les chantiers jeunes permettent d’obtenir des fonds pour des éventuels voyage ou autres projets. Les chantiers, c’est aussi la galère : c’est se lever tôt, être à l’heure, respecter les tâches qui nous sont donnés, ne pas avoir peur de se salir, et mettre les chaussures de sécurité. »

Les jeunes du chantier d’octobre 2015

 

« Les chaussures de sécurité. Elles sont le problème numéro 1 du chantier. Puisqu’elles sont inadaptées à notre pied, trop petites, trop grandes ou trop sales.

Conclusion : de nouvelles paires de sécurité personnelles ! »

Un jeune habitué des chantiers, octobre 2015

 

« Je trouve que ce chantier nous a fait découvrir plusieurs choses ; en premier le monde du travail, cela a été vraiment dure car on n’a pas l’habitude de se réveiller tôt le matin pendant les vacances. J’en conclue que cela est bien car il faut toucher à tout dans la vie et il faut faire un peu d’effort physique. »

Premières impressions pour Farès et Sabrie, 16 ans, qui réalisent leur premier chantier, le 26 octobre 2015